LE POINT SUR LA COURSE AUX VACCINS

LE POINT SUR LA COURSE AUX VACCINS


Par Denise Dumont

Le 4 juin dernier, le gouvernement britannique a organisé le sommet mondial virtuel sur les vaccins pour GAVI, l’Alliance du Vaccin. À ce moment, une nouvelle ère de collaboration mondiale en matière de santé a été créée alors que les dirigeants mondiaux se sont engagés à agir ensemble face à la pandémie du COVID-19.
Cette pandémie a littéralement déclenché une course sans précédent pour développer un vaccin. Le phénomène est inédit dans l’histoire de la recherche. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 140 vaccins candidats sont actuellement au stade des essais précliniques et 23 sont déjà entrés dans la phase d’évaluation clinique où des tests sur les humains sont exécutés.

Selon les données de CCTN et du Wall Street Journal, les trois meneurs dans la course sont, à ce jour, les suivants :
Oxford University/AstraZeneca : Les essais de phase 1 chez des volontaires sains ont débuté en avril, avec plus de 1 000 vaccinations terminées. À la fin du mois de mai, le vaccin expérimental a commencé la phase 2 des essais sur l’homme à un groupe de personnes âgées de 56 à 69 ans, un groupe de 70 ans et plus et des enfants de 5 à 12 ans. Le vaccin COVID-19 AZD1222 a montré des réponses immunitaires robustes chez tous les participants à l’essai de phase I / II. Les essais de phase 3 impliqueront le groupe des 18 ans. Au total, 10 000 personnes auront reçu le vaccin expérimental.

Moderna / Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) : La société de biotechnologie américaine Moderna a été la première à entreprendre des essais cliniques pour son vaccin candidat ARNm, huit semaines seulement après la découverte de la séquence génétique du COVID-19 en janvier.
Il est entré dans la phase 2 des essais en mai, testant deux vaccinations sur deux groupes d’adultes, un âgé de 18 à 55 ans et un âgé de plus de 55 ans. Les patients seront observés pendant 12 mois après la vaccination. À date, le vaccin expérimental a été testé sur 45 personnes, et chacune a produit des anticorps de COVID-19.
La phase 3 sera lancée au début du mois d’août par l’école de médecine Miller de l’Université de Miami et le Palm Beach Research Center.
CanSino / Beijing Institute of Biotechno-logy : Cet institut de recherche a été le premier à passer à la phase 2 des essais cliniques de son vaccin candidat en avril dernier. Il a également été le premier à faire réviser son étude de phase 1 par des pairs.
Les essais de phase 1, qui ont eu lieu dans la ville chinoise de Wuhan en mars, ont impliqué 108 adultes en bonne santé âgés de 18 à 60 ans. Les résultats ont révélé que leur vaccin candidat Ad5-nCoV était tolérable et capable de provoquer une réponse immunitaire 28 jours après la vaccination. La phase 2 devrait impliquer 500 adultes, dont 250 recevront la dose moyenne du vaccin initial testé en phase 1 et 250 recevront la dose faible.
Du côté du Canada

Medicago, une société biopharmaceutique de Québec, a commencé la semaine dernière des essais cliniques sur des humains pour un vaccin COVID-19 dérivé de plantes. Elle fait partie d’au moins cinq groupes de chercheurs canadiens qui s’imposent aussi dans cette course au vaccin. Cette entreprise canadienne est la première à administrer des doses d’un vaccin potentiel à des volontaires. Les 180 hommes et femmes âgés de 18 à 55 ans recevront deux doses à 21 jours d’intervalle. La société s’attend à récolter des résultats sur la sécurité et l’efficacité pour les deux doses d’ici octobre
La course est féroce et ce qui prend habituellement six ans à accomplir devra être condensé dans 18 mois.