Québécois au Miami Open Félix Auger-Aliassime : Étoile montante du tennis mondial


Par Le soleil de la Floride

Au tempérament plutôt calme, en entrevue, le Québécois Félix Auger-Aliassime laisse difficilement percevoir toute la fougue qui l’habite lorsqu’il pose les pieds sur un terrain de tennis.

Propulsé au tableau principal du Miami Open, événement présenté pour la première fois au Hard Rock Stadium (site des Dolphins de Miami), Félix est perçu comme une étoile montante du tennis professionnel, grimpant sans cesse les échelons par ses qualités techniques et athlétiques.
Filiforme, du haut de ses 1m91 (6’3’’), natif de Montréal, ayant appris les rudiments du tennis à Québec (première raquette à l’âge de quatre ans), l’ancien porte-couleurs de l’Académie de tennis Hérisset Bordeleau multiplie les surprises. Déjà classé 57e sur l’échiquier mondial, Félix n’a pas fini de surprendre, si l’on en juge par ses propos. Son père Sam, originaire du Congo, enseigne le tennis à Québec et mise sur les plus beaux espoirs. De plus, sa sœur-aînée joue également au tennis. Elle est d’ailleurs venue en Floride encourager son frère. Leur mère est Québécoise.

Top 40
Entraîné par le Français Frédéric Fontang, Félix a déjà écrit une page d’histoire du tennis mondial, devenant, entre autres, le plus jeune joueur des années 2000 à s’inscrire au classement mondial et surtout, à paraître dans le top 100 depuis le mois dernier.
Ayant grandi à L’Ancienne-Lorette, il fêtera ses 19 ans en août prochain. Sa détermination ne laisse aucun doute sur le destin qui lui est réservé. « Sur la route maintenant, je n’ai malheureusement plus le temps de retourner à Québec ou du moins, pas comme je le voudrais », a précisé Félix.
Au Miami Open, il était le deuxième joueur favori des qualifications, ronde qu’il espère éliminer dans un avenir rapproché. « Je souhaite justement glisser dans le top 40 ou 45 cette année. De cette façon, je n’aurais plus à jouer la ronde des qualifications, surtout en vue des Masters », a laissé savoir Félix Auger-Aliassime qui souhaite rejoindre son ami Denis Shapovalov dans tous les tableaux principaux. Outre ces deux Canadiens, notons également la présence de Milos Raonic, sans oublier la championne du récent tournoi à Indian Wells, l’Ontarienne Bianca Andreescu, dans le tableau principal du Miami Open, présenté par ITAÚ.
En passant, les organisateurs ont fait du Hard Rock Stadium, un endroit exemplaire, formidable et bien orchestré pour les milliers d’amateurs de tennis. Une transformation des lieux, digne des plus grandes réussites !
Ainsi, Félix a dû éliminer deux joueurs italiens à Miami lors des qualifications, dont le vétéran Paolo Lorenzi, 37 ans, 107e au classement ATP et qui fut 37e en 2016. « J’ai beaucoup de respect pour Lorenzi que j’affrontais officiellement pour la première fois », a-t-il convenu.

Miami lui plaît
Le tennisman québécois préfère, de beaucoup, la température de Miami à celle des dernières semaines, notamment en Amérique du Sud. « Je me sens très bien ici et j’espère connaître un excellent tournoi car je suis en forme physiquement et mentalement ». Bien positionné pour atteindre le million de dollars au total de ses gains cette année, Félix rappelle que le tennis, c’est sa vie, sa carrière et tant qu’il sera en santé, il se maintiendra dans le sillon du tennis international.

La puissance de son service et son revers à deux mains étant des atouts inconditionnels à son jeu d’ensemble, Félix avoue qu’il continue d’apprendre au quotidien; l’expérience étant un gage de réussite. Il avoue qu’il s’inspire des grands noms du tennis international et des idoles qu’il veut côtoyer plus souvent, dans les mois et années à venir…