Une pandémie détruit les agrumes

Une pandémie détruit les agrumes


Par le soleil de la floride

Un fléau détruit sauvagement les agrumes de la Floride
sans que les spécialistes arrivent à trouver un traitement
pour endiguer cette maladie.

L’industrie des agrumes est dévastée par cette épidémie causée par le psylle des fruits d’Asie alors qu’un type d’insecte infeste chaque arbre fruitier d’une bactérie. Une fois l’arbre infecté, les feuilles des citronniers et des orangers jaunissent tandis que les racines se décomposent. Les fruits tombent alors prématurément.

Les scientifiques comparent cette maladie au VIH, laquelle se propage et entraîne la fermeture d’entreprises familiales, dont l’économie dépasse les neuf milliards de dollars dans l’État du Sud.
Selon les derniers relevés, près de 90 % des terres d’agrumes est ravagé par cette bactérie qui est apparue sur les orangers en 2005 dans le territoire de Delray Beach. Les fruits tombent au sol avant d’être cueillis, ce qui fait qu’ils ne peuvent être vendus comme l’interdit la loi de la Floride.
Alors que l’État vient de commencer la récolte, qui se prolonge jusqu’en mai normalement, des milliers de producteurs ont déjà cessé leur travail, abandonnant des bosquets fruitiers fantômes. Plus de 7 000 agriculteurs ont cultivé des agrumes depuis 2004. Ils sont plus de 5 000 à avoir fermé leurs portes. Aussi, près des deux tiers des usines de transformation de fruits en jus ont aussi mis la clef dans leur entreprise. Une étude de l’Université de Floride montre que le nombre d’installations d’emballage, qui donnent un aspect raffiné aux oranges, aux mandarines et aux pamplemousses, est passé de 80 à 26 seulement. Ce qui fait qu’au cours des dix années, avant 2016, ce sont 34 000 emplois qui ont été perdus. Cette industrie gravement affectée était considérée comme la deuxième économie de l’État derrière le tourisme. Avant cette pandémie, la Floride produisait 80 % du jus d’orange de tous les États-Unis.

Dans le but de contrer ce fléau que l’on appelle le dragon jaune, des chercheurs tentent de développer de nouvelles racines qui rendraient plus résistants les arbres à ce genre de maladie. On expérimente une façon de mettre au point de nouveaux types d’orangers dans le but de remplacer les variétés traditionnelles considérées comme trop vulnérables. « Nous sommes actuellement dans une course pour sauver l’industrie des agrumes de Floride », affirme Micheal Rogers, directeur du centre de recherche et d’éducation sur les agrumes de l’Université de Floride.

Le petit insecte infecte, appelé psylle des agrumes, se produit tellement rapidement qu’il développe une résidence aux insecticides en moins d’un an.

Une étude, menée par les chercheurs de l’Université de Floride et de Virginia Tech, montre que le changement climatique permettra à cette maladie de se propager dans les États situés au nord de la Floride à mesure que les températures augmenteront.

La situation est dramatique parce que les moyens pour contrer cette pandemies sont arrivés trop tard.