26 JUIN 2020 : LA FLORIDE A MAL

26 JUIN 2020 : LA FLORIDE A MAL


Par Denise Dumont

 

Les floridiens souffrent. La montée en flèche des cas de COVID-19 a forcé les maires de plusieurs villes et municipalités à obliger le port du masque cette semaine. Mais l’ordonnance divise la population. Plusieurs sont récalcitrants et croient une conspiration de la part des dirigeants gouvernementaux.

Les autorités ont le droit de sévir contre les contrevenants pour s’assurer que les masques et les règles de distanciation sociale soient respectés. Jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible, il n’y a pas meilleure façon de prévenir la propagation du coronavirus. Plusieurs établissements (bars et restaurants) ont été obligés de fermer à cause du non-respect de la loi.

D’autre part, des magasins, comme Apple, ont fermé toutes leurs succursales dans la région à cause du danger et plusieurs autres bannières suivront.

Depuis plus de deux semaines, presque chaque jour représente un nombre record de citoyens infectés par la COVID-19.

La Floride comptait ce matin 5 004 cas de plus de COVID-19 qu’hier, dépassant la barre des 114 000 et enregistrait 3 285 décès, soient 44 de plus qu’hier.

 

POLITICO : WILLIAM BARR

Le Département de la justice (DOJ) aux États-Unis agit indépendamment des intérêts du président Trump. C’est ce qu’a déclaré hier le procureur général William Barr à la National Public Radio (NPR). Barr défend le DOJ concernant les accusations d’ingérence politique russe. Il réfère notamment au cas de Michael Flynn, l’ancien conseiller à la Sécurité nationale, dont les accusations ont été retirées à la suite d’une demande de l’administration Trump. Flynn avait plaidé coupable.

Le procureur général a déclaré croire que le président Trump n’a aucunement outrepassé les frontières entre la Maison Blanche et le Département de la Justice dans de grands cas judiciaires récents.