Brèves

Brèves


Par Denise Dumont

HOLLYWOOD: NOUVELLE PEINTURE MURALE DÉVOILÉE

Le projet de peintures murales du centre-ville d’Hollywood (DHMP) a dévoilé son plus récent chef-d’œuvre le 20 février dernier. Il s’agit de la première peinture murale réalisée sur une propriété résidentielle. Elle représente une scène tropicale splendide signée par David « DaveL » Lavernia.

Cette dernière tapisse les murs de l’édifice situé au 2040 Taylor Street. Le dévoilement de l’œuvre d’art était virtuel et les gens pouvaient poser des questions à l’artiste. 

Ce projet d’art avait été lancé en août 2012 par la Florida Community Redevelopment Agency (CRA) de la ville. La mission du DHMP est d’embellir et d’ajouter de la culture au centre-ville, un mur à la fois, en transformant les façades de bâtiments ordinaires en œuvres d’art remarquables. Prenez le temps d’aller faire une visite au centre-ville d’Hollywood, vous serez étonné !

RÉDUCTION DE POLLUTION DES NAVIRES DE CROISIÈRE

Les navires de croisière polluent énormément l’air et l’eau même lorsqu’ils sont amarrés. Pour réduire ces effets négatifs sur l’environnement à PortMiami, la mairesse du comté de Miami-Dade, Daniella Levine Cava, a signé mercredi dernier une lettre d’intention avec les présidents et directeurs de six compagnies de croisière et le président de la Florida Power & Light. Le but est d’apporter la technologie de contrôle de la pollution nommée « puissance à quai à PortMiami » qui permettra aux navires d’éteindre leurs moteurs lorsqu’ils sont amarrés et de se brancher sur le réseau électrique local.

Un groupe de travail sera formé par des représentants du comté, de FPL et des entreprises – Carnival Corporation, Royal Caribbean Group, Norwegian Cruise Line Holdings, MSC Cruises, Disney Cruise Line et Virgin Voyages. 

Ensemble, ils travailleront à relever les défis logistiques et financiers liés à l’installation de l’alimentation à quai.

Cette pollution engendrée par les navires de croisière amarrés est évitable. C’est donc un autre pas en avant pour réduire les émissions qui nuisent aux humains, à l’environnement et qui contribuent au changement climatique.

UNE NOUVELLE ÉTUDE DES HALLUCINOGÈNES

Les psychédéliques et les hallucinogènes, comme les « champignons magiques » ou le LSD, font l’objet de nouvelles recherches qui risquent de faire mal aux fabricants pharmaceutiques.

La recherche médicale est en train de mettre en évidence les effets positifs que ces éléments peuvent avoir sur la santé mentale dans des circonstances spécifiques.

Le Dr Jerry B. Brown, professeur fondateur d’anthropologie à l’Université internationale de Floride (FIU), a découvert plus d’un millier d’articles évalués par des pairs sur les recherches prometteuses des psychédéliques chez plus de 40 000 sujets humains. Le tout avait été mis au rancart lors de l’adoption de la loi  du « Controlled Substance Act » de 1970. 

Dr Brown possède 42 ans d’expérience dans cette étude. Il est récemment sorti d’une retraite de sept ans pour enseigner un  nouveau programme sur les psychédéliques et la culture à la FIU.