AUCUN TÉMOIN

AUCUN TÉMOIN


Par Sandra Belzile

Le vendredi 31 janvier, les membres du Sénat ont voté 51 contre 49 défiant l’appel de témoin à la barre dans le cas de mise en accusation du président Trump.

John Bolton, ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, était prêt à comparaître sous serment.
Le président lui aurait directement dit qu’il suspendrait l’aide à l’Ukraine jusqu’à ce que ce pays ouvre des enquêtes sur ses rivaux politiques.
Le sénateur républicain du Tennessee, Lamar Alexander, avait déclaré la veille du vote qu’il n’irait pas en faveur d’assigner des témoins à comparaître ni de fournir des preuves.

Afin d’avoir suffisamment de voix pour appeler des témoins à la barre, les démocrates avaient besoin que quatre républicains se joignent à eux. Alexander était l’un des sénateurs considéré comme un électeur swing sur qui les démocrates avaient espoir de compter. Mais seulement les séna-teurs républicains du Maine et de l’Utah, Susan Collins et Mitt Romney, ont voté en faveur de l’appel aux témoins. Les démocrates comptaient également en vain sur la sénatrice de l’Alaska, Lisa Murkowski.

Avant de voter, Alexander a déclaré : « Il n’était pas approprié que le président demande à un dirigeant étranger d’enquêter sur son opposant politique et de suspendre l’aide américaine pour encourager cette enquête. Lorsque des élus interfèrent de manière inappropriée dans de telles enquêtes, cela brise le principe de l’égalité de justice en vertu de la loi. Mais la Constitution ne donne pas au Sénat le pouvoir de démettre un président de ses fonctions et de lui interdire le scrutin de cette année simplement pour des actions inappropriées » a-t-il ajouté.

Malgré qu’Alexander ait fait valoir qu’il avait suffisamment de preuves démontrant que Trump avait agi de manière inappropriée, il ne pense pas que les actions du président soient destituables.

Les chefs
Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat, a lui aussi déclaré qu’il n’avait pas besoin de témoins. McConnell a dit que « jamais dans l’histoire du Sénat cette organisation n’a suspendu un procès de destitution pour appeler des témoins additionnels avec des questions non résolues de privilège exécutif qui nécessiteraient un litige prolongé ». Il a ajouté : « nous n’avons aucun intérêt à créer un tel précédent, en particulier pour les individus que la Chambre a expressément choisi de ne pas appeler. »

Chuck Schumer, le chef de la minorité démocrate au Sénat a déclaré que cette décision est une « perfidie ». « C’est une grande tragédie » a-t-il ajouté et selon lui, si Trump est acquitté maintenant, « l’acquittement n’aura aucune valeur ».

Procureurs vs défense
Durant la semaine du procès, les procureurs démocrates ont fait valoir qu’en l’absence de preuves et de témoins, le procès de Trump ne serait pas équitable. D’après l’équipe juridique de Trump, l’appel aux témoins aurait pu prolonger le procès pendant des semaines, voire même des mois. De plus, les avocats de Trump ont déclaré que rien d’un témoin ne pourrait permettre de condamner Trump et le démettre de ses fonctions.

Mercredi 5 février
Le procès de destitution du président a été ajourné le vendredi soir pour reprendre le lundi 3 février au matin où des arguments de clôture seront présentés. Ensuite, les sénateurs seront autorisés à prendre la parole. Le vote final est attendu le mercredi 5 février en fin de journée.