DESTITUTION

DESTITUTION


Par Sandra Belzile

D’après la société ABC News, Lev Parnas, associé de Rudy Giuliani, l’avocat personnel de Donald Trump, a remis au comité d’enquête pour la destitution du président des enregistrements audio et vidéo et des photographies impliquant Trump et Giuliani. L’analyse pourrait être en cours.

Quiproquo
Dans le but de servir l’intérêt personnel politique de Trump, l’aide militaire à l’Ukraine a été suspendue. Tant que l’Ukraine ne déclarerait pas enquête sur le rival politique de Trump, Joe Biden, l’argent que les États-Unis devaient donner aurait été retenu.

La Maison Blanche a débloqué les fonds le 11 septembre, deux jours après que la Chambre des représentants ait annoncé le début de l’enquête. La décision a été prise par la Chambre après la plainte d’un dénonciateur anonyme qui a partagé ses inquiétudes quant à l’appel téléphonique de Trump en Ukraine et à savoir si ses actions pourraient conduire à sa destitution.

Témoignage explosif
Le 20 novembre, des déclarations stupéfiantes, sous serment, ont été faites par Gordon Sonland, ambassadeur auprès de l’Union européenne et haut responsable ukrainien. Sonland a déclaré qu’il y eu quiproquo entre Trump et le président de l’Ukraine et que « tout le monde était au courant », y compris le vice-président des États-Unis (Mike Pence), le secrétaire d’État (Mike Pompeo), le chef de cabinet par intérim de la Maison-Blanche (Mick Mulvaney) et d’autres hauts fonctionnaires. Il a ajouté que Pompeo et Mulvaney bloquaient la divulgation de documents et de témoignages qui confirmeraient la campagne de pression et que cette dernière les impliquerait probablement personnellement.

Victoire
Dans l’enquête, les démocrates et les républicains crient chacun victoire.
Les démocrates disent que Trump a agi dans son propre intérêt personnel politique au lieu de celui de la nation, ce qui est matière à destitution. D’après eux, la collection des témoignages probants, la retenue de documents et le refus de témoignages sous serment de la part de la Maison Blanche le confirment. Quant aux républicains, ils avouent que les actions du président sont incorrectes, mais selon eux, elles ne constituent pas une « infraction impardonnable ».
Leur stratégie de défense est absente mais ils continuent de prêter main forte à Trump.

Décision
Le démocrate Adam Schiff, représentant à la Chambre et président de la commission spéciale du House Intelligence Committee, souligne que les démocrates continueront l’accusation malgré le manque de déclarations sous serment de la part de témoins clés.

Approbation / Désapprobation
Au pays, 48 % des électeurs approuvent l’enquête de la destitution de Trump contre 44,7 % qui s’y opposent. Aussi, 52,8 % des électeurs désapprouvent l’emploi du président contre 44,3 % qui l’approuvent.

Quant à la direction que prend le pays, 59 % des électeurs pensent qu’il va dans la mauvaise direction contre 35,5 % qui concluent que le pays va dans le droit chemin.

Investiture démocrate
Le 24 novembre, le milliardaire Michael Bloomberg, un ancien maire de la ville de New York, a officiellement déclaré sa candidature pour la nomination du chef démocrate.

Il se présente à la course pour défaire Trump : « Je suis candidat à la présidence pour vaincre Donald Trump et reconstruire les États-Unis » a-t-il écrit sur un site internet dédié à la campagne électorale.

Sondages
La moyenne des sondages au niveau national indique que Joe Biden domine l’investiture démocrate avec 29,8 points contre 19,3 pour Bernie Sanders et 18,5 pour Elizabeth Warren. Pete Buttigieg suit avec 7,8 points alors que Kamala Harris en a 4.

Concernant les élections présidentielles, un sondage national mené par Emerson indique que Bernie Sanders domine Trump avec 50 % contre 49 %. Elizabeth Warren se trouve à égalité du président avec 50 % et Joe Biden est derrière avec 49 % contre 51 % pour Trump. Ce dernier domine Buttigieg avec 52 % contre 48 %.