ÉLECTIONS 2020

ÉLECTIONS 2020


Par Sandra Belzile

Le compte à rebours est commencé pour les
élections du 3 novembre prochain. Si les prédictions sont diverses, elles tombent toutes dans la marge d’erreur d’après un reportage publié par la
NPR (National Public Radio).

Le président « Trump sera réélu » en 2020 acclament certains alors que d’autres ripostent « aucune chance qu’il gagne ». Qui sait ? Tout peut être trompeur si on se fie au passé. D’autant plus qu’avec les élections actuelles, les enjeux sont élevés à différents niveaux.

D’après le reportage, « le fait est que personne ne sait ou ne peut savoir ce qui arrivera à Trump en 2020 – ou à ses adversaires. Personne ne sait ce qui affectera et déterminera peut-être le résultat de novembre ».
Sans compter ce qui se passera pour la Chambre des représentants dont les 435 sièges seront tous en lice. Les vainqueurs auront un mandat de deux ans. Avec une majorité actuellement démocrate, impos-sible de savoir si elle sera conservée ou anéantie.

Au Sénat majoritairement républicain, 35 des 100 sièges seront disputés, mais pas ceux des deux représentants républicains de Floride.
De nombreuses autres élections nationales, locales, étatiques et territoriales auront aussi lieu.

Retour en arrière
Par rapport au passé, un des exemples cités dans le reportage est la surprise du résultat des élections 2016 qui a été considérée non seulement « improbable » mais aussi « impossible » à prévoir. Il en a été de même pour les réactions de la part de nombreux électeurs qui ont été qualifiées de « remarquables » lorsque Trump a été élu.

Un autre exemple donné est celui du second mandat d’Obama en 2012 qui était incertain alors qu’à la mi-décembre 2011, son approbation dans le sondage Gallup n’était que de 42 %. Dans le dernier sondage de Gallup, Trump a obtenu 45 % d’approbation.
D’après le reportage, l’histoire électorale témoigne d’une variété de données qui peuvent osciller. Ce qui se passe au niveau mondial durant le mandat du président aura un impact sur sa réélection ainsi qu’avec le candidat et l’unité du parti de l’opposition. Cela est sans compter les pièges potentiels apportés par des candidats indépendants dans un État particulier, notamment ceux qui s’autofinancent, ce qui peut occasionner une différence au Collège électoral.

Tous les quatre ans, un Collège électoral se forme dans le but d’élire le président et le vice-président des États-Unis. Il est composé de 538 électeurs et une majorité d’au moins 270 votes est requise pour que le président et vice-président remportent l’élection.

D’ici là…
Si Trump n’est pas démis de ses fonctions par le Sénat concernant sa mise en accusation dans l’affaire avec l’Ukraine, ce sont les électeurs et le Collège électoral qui décideront de sa situation en novembre prochain.

À propos de cette enquête de mise en accusation du président, le House Intelligence Committee recevra bientôt des éléments de preuve de Parnas, un associé inculpé de l’avocat personnel de Trump, Rudy Giuliani.
Un juge fédéral a donné cette ordonnance d’autoriser Parnas à partager des documents avec les législateurs.

D’après des courriels internes et des responsables de l’administration de la Maison Blanche, le gel de l’aide militaire à l’Ukraine aurait été effectué sous « l’ordre clair » de Trump.

La semaine dernière, Trump a ordonné à l’armée américaine d’assassiner le commandant général iranien, Qassem Soleimani.
L’armée a répondu à son ordre. Les Iraniens ont juré de se venger des États-Unis.