FENÊTRES SUR LA  POLITIQUE FLORIDIENNE
Tropical palm trees on the beach, at sunset with pastel colors

FENÊTRES SUR LA POLITIQUE FLORIDIENNE


Par Sandra Belzile

Course au Sénat 

Le 9 juin, la représentante démocrate à la Chambre des États-Unis, Val Demings d’Orlando, a annoncé sa candidature pour challenger le siège du sénateur républicain des États-Unis, Marco Rubio de Miami.

Les analystes politiques considèrent que l’État de Floride sera le plus observé lors de la course au Sénat 2022. Rubio tient le poste de sénateur depuis 2011 et Demings est représentante à la Chambre des États-Unis pour la région d’Orlando depuis 2017. Elle est reconnue pour avoir été patrouilleuse au département de police d’Orlando depuis 1983 et ensuite cheffe du Département de 2007 à 2011, la première femme à avoir occupé cette fonction. Lors de son mandat, elle a été prisée pour avoir fait descendre le taux de criminalité à Orlando de 40 %. Elle avait aussi été sélectionnée par le président Biden pour être sa colistière lors des élections 2020 et été choisie par la Secrétaire Nancy Pelosi pour servir de responsable lors du premier procès de la destitution de l’ancien président Donald Trump.

Les élections au Sénat auront lieu le 8 novembre 2022 et 34 des 100 sièges sont en lice.

 

Nikki Fried VS DeSantis

Lors des élections 2022, la commissaire démocrate à l’agriculture de Floride, Nikki Fried, affrontera le républicain Ron DeSantis pour la position de gouverneur de Floride. Fried est reconnue pour avoir été une lobbyiste de premier plan pour l’industrie de la marijuana dans l’État. DeSantis, actuellement gouverneur de Floride, a été représentant du 6e district de Floride à la Chambre des représentants des États-Unis de 2008 à 2013.

 

Paris sportifs

Le 24 mai dernier, le Soleil de la Floride avait rapporté l’entente approuvée par la législature de Floride permettant à la tribu séminole d’être la seule à exploiter les jeux de craps et de roulette et à opérer des paris sportifs des agents détenant un contrat avec les Séminoles. Aucun concurrent n’est autorisé à opérer à l’intérieur d’un rayon de 100 miles des casinos séminoles. 

Mais les villes de Miami Beach et Doral s’opposent à ce nouvel accord. 

Le maire de Miami Beach considère que l’entente a été « détournée par des intérêts de casino non tribaux qui ont complètement corrompu le processus législatif et exécutif, …, dans le but d’obtenir des avantages en dehors des terres tribales et en violation directe avec les intérêts des Floridiens ». Une lettre a été envoyée au gouvernement fédéral pour rejeter cet accord que le maire considère « violateur ». Le Fédéral a jusqu’à la fin de la première semaine de juillet pour rejeter ou approuver l’entente. Si l’objection n’est pas prise en compte par le gouvernement, elle est automatiquement approuvée.

Le 9 juin, le conseil municipal de Doral a également voté unanimement pour interdire les casinos, sauf avec approbation des résidents lors d’un référendum. Le vote est survenu quelques semaines après que le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, ait négocié l’accord de jeu avec les Séminoles. C’est qu’en vertu de l’entente, si le gouvernement de l’État décidait d’accorder une licence de jeu à un établissement situé à plus de 15 miles « en ligne droite » du Seminole Hard Rock Hotel & Casino – Hollywood,  il serait interdit à la tribu d’intervenir. Le Trump Doral, à Doral, et l’hôtel Fontainebleau, à Miami Beach,  se situent à un peu plus de 15 miles des casinos d’Hollywood. Les critiques pensent que le pacte est politique et qu’il a été conçu pour précisément favoriser ces deux établissements.

À noter que la ville de Miami Beach a interdit les jeux de casino depuis 2017.