LE MOIS DE JUILLET EN REVUE
Sunrise over the ocean on dream beach vacation with palmtrees and deckchairs

LE MOIS DE JUILLET EN REVUE


Par le soleil de la floride

Trump chute
Il y a quelques semaines, un sondage de CNBC-Change Research rapportait que le président Trump avait atteint le plus bas taux d’approbation dans les six États clés en vue des élections de novembre. La Floride en faisait partie avec l’Arizona, le Michigan, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le Wisconsin, où seulement 45 % des électeurs approuvaient l’ensemble du travail de Trump.

Parmi les personnes sondées, 45 % approuvaient la gestion du président pour relancer l’économie dans la crise due à la pandémie et pour assurer la distribution de l’aide monétaire à ceux qui en ont vraiment besoin. Au sujet du coronavirus, 54 % des électeurs disaient que le présumé candidat démocrate Joe Biden et son parti feraient un meilleur travail comparé à 46 % pour Trump et les républicains.

Un autre sondage mené par Harvard CAPS-Harris a révélé que 61 % des électeurs ont déclaré que Biden gèrerait mieux la crise des problèmes raciaux et de policiers contre 39 % pour Trump. Biden a obtenu 53 % contre 47 % en faveur de Trump concernant la capacité de passer des lois et ordonnances. Le taux global d’approbation du président était de 43 %. Même si 53 % s’opposaient à comment Trump gère les manifestions en cours, 57 % étaient d’accord avec lui pour faire intervenir la Garde nationale à Washington.

Maires alarmés
Le gouverneur de Floride Ron DeSantis a dû rencontrer plusieurs maires des villes de Miami-Dade, le comté le plus touché par la pandémie.
Ces derniers ont demandé au gouverneur de meilleures données sur la propagation du virus et qu’il cesse de minimiser l’urgence de cette crise sanitaire devant la population.

DeSantis avait vanté le retour du football dans les écoles secondaires à l’automne et minimisé les risques de la COVID-19 chez les enfants, semant l’anxiété chez les parents.

Les villes et le comté réfléchissaient à ce moment à une deuxième fermeture si nécessaire.
Menace de Trump
Le président Trump a menacé de couper les subventions fédérales aux écoles qui ne rouvriraient pas en personne. Mais le comté de Palm Beach avait décidé que les élèves reprendront les classes en ligne pour commencer.

Un membre du conseil d’administration du conseil scolaire a déclaré : « Nous ne sommes vraiment pas prêts, ni du point de vue de la santé, ni de celui de la planification. » À ce moment, Broward et Miami-Dade étaient toujours en pourparlers concernant un plan de réouverture.

Renommer villes, routes et parcs ?
Diverses villes, routes et parcs du Sud de la Floride pourraient changer de nom à cause de leurs connotations racistes. La ville de Plantation pourrait être renommée parce qu’elle rappelle l’époque de l’esclavage et un parc à Miami portant le nom d’un homme en défaveur des communautés noires pourrait aussi changer de nom.

À Lake Worth Beach, les commissaires ont voté « NON » à précipiter une résolution afin de renommer une partie de la Dixie Highway parce que son nom est chargé d’associations racistes.

Ils ont toutefois adopté une résolution pour que la population prenne la décision.

Débat à Miami
Le 15 octobre prochain, un débat entre le président Donald Trump et le présumé nominé démocrate Joe Biden aura lieu au Adrienne Arsht Center for the Performing Arts à Miami.

Le duel devait avoir lieu à l’université du Michigan. Mais en raison de la pandémie qui occasionnait une logistique organisationnelle trop lourde pour l’institution, la Commission des débats présidentiels a décidé de transférer l’événement.