L’ENQUÊTE AVANCE

L’ENQUÊTE AVANCE


Par Sandra Belzile

Lors du week-end dernier, des entrevues à huis-clos se sont poursuivies auprès du comité d’enquête pour la destitution de Trump. Des témoignages ont été rendus publics, dont celui de Tim Morrisson, un haut responsable du Conseil national de sécurité (NSC) en Russie.

Morrisson a confirmé que le président Trump a eu des appels téléphoniques avec Gordon Sonland, ambassadeur auprès de l’Union européenne et haut responsable ukrainien. Ce dernier témoignera le mercredi 20 novembre devant le comité. Élément clé de l’enquête, son témoignage est attendu.

 

Intimidation

Le 15 novembre, l’ex-ambassadrice en Ukraine, Marie Yovanovitch, a déclaré s’être sentie « intimidée » par le président au moment de son témoignage alors qu’il envoyait des tweets menaçants à son égard. Trump a déclaré à son propos : « Partout où est allée Marie Yovanovitch, ça a mal tourné ».

 

Yovanovitch a juré n’avoir « aucun parti pris politique ». Elle a été mise à pied par Trump en mai dernier. Elle a signalé que pendant ses trente-trois ans à servir les États-Unis, son seul objectif a été de travailler pour l’intérêt du pays et a admis « l’apparence d’un conflit » dans l’affaire Biden en Ukraine dénoncée par Trump. Son témoignage devant le comité d’enquête a été suivi d’une ovation debout.

 

Défense

Jusqu’à maintenant, les républicains n’ont pas démontré une stratégie de défense du président. Le comité d’enquête continue d’inviter Trump à fournir des éléments de preuves pour sa défense. Pour la première fois, le 18 novembre, il a déclaré qu’il « envisageait fortement » de témoigner par écrit dans le cadre de l’enquête, chose qu’il refusait depuis le début des assignations à comparaître.

 

Preuves

Le 18 novembre, le comité d’enquête de la Chambre des représentants a demandé à la Cour d’appel fédérale de déterminer si le Département de la Justice doit immédia-tement divulguer au comité des documents secrets de l’enquête qui avait été menée par l’ex-conseiller spécial, Robert Mueller. Le comité déclare qu’il y a « urgence » à obtenir des preuves dans l’enquête de Mueller pour déterminer si Trump a commis ou non des offenses pouvant mener à sa destitution.

 

Approbation / Désapprobation

Au pays, 49, 8 % des électeurs approuvent l’enquête de la destitution de Trump contre 44 % qui s’y opposent et 54 % des électeurs désapprouvent l’emploi du président contre 44, 2 % qui l’approuvent.

 

Investiture démocrate

Un nouveau candidat apparaît dans la course à l’investiture démocrate, Deval Patrck, l’ancien gouverneur du Massachusetts.

Michael Bloomberg, un ancien maire de la ville de New York, a également manifesté son intérêt mais ne s’est pas engagé. Au total, dix candidats participeront au débat prévu le 20 novembre pour la candidature démocrate.

 

Sondages

Au niveau national pour la nomination démocrate, Joe Biden domine la moyenne des sondages avec 26 points contre 20,8 pour Elizabeth Warren et 17,8 pour Bernie Sanders. Pete Buttigieg suit avec 8 points alors que Kamala Harris en a 5,3. En Floride, Biden domine avec 34 points. Il est suivi de Warren et Sanders avec 18,3 et 13,7 points alors que Buttigieg et Harris obtiennent 6 et 3,7 points.

Quant aux élections présidentielles de novembre 2020, la moyenne des sondages au pays démontre que Joe Biden domine avec 52,1 contre 41,9 pour Trump. Elizabeth Warren obtient 50,4 points contre 43,1 pour le président et Bernie Sanders domine avec 51 points contre 43,1. Buttigieg et Harris sont également en avance sur le président avec 46,8 et 49 points en faveur de chacun des deux candidats contre 42,3 et 43,7 points pour Trump.

 

En Floride, Biden l’emporte sur Trump avec 47,7 points contre 45,7 mais Warren est derrière avec 46 points contre 46,3 pour le président. Sanders est aussi derrière avec 46,5 points contre 47,5 pour Trump, tout comme Buttigieg et Harris avec 46 et 46,7 points en faveur du président contre 44,7 points pour chacun d’entre eux.