TRUMP SUCCOMBE

TRUMP SUCCOMBE


Par Sandra Belzile

Le dimanche 29 mars, le président Trump a déclaré repousser jusqu’au 30 avril les directives de ralentis-sement du coronavirus.

« Le mieux que vous faites, le plus vite prendra fin ce cauchemar » a dit Trump durant le point de presse.

Cette déclaration du président en a suivi bien d’autres qui auparavant, portaient à confusion. Trump oscillaient entre les avis des experts de la santé publique, examinant les données en laboratoire et dans les hôpitaux, et ceux d’amis du monde des affaires qui considéraient les dommages à l’économie. Le président républicain, milliardaire, appuie sa campagne électorale sur l’économie du pays en vue des élections de novembre prochain.

Au début de la crise due au coronavirus, Trump s’était concentré sur le virus et l’impact sur les marchés en déclarant : « Nous nous débarrassons du virus. C’est ce que nous faisons. C’est la meilleure chose que nous puissions faire. Soit dit en passant, pour les marchés. Pour tout. C’est très simple. C’est une solution très simple. Nous voulons nous en débarrasser. »

Depuis le 16 mars, la vie des Américains est passée à un autre mode avec la fermeture des écoles et restaurants, le travail à la maison et la perte rapide de plus de trois millions d’emplois. La perte de vies qui augmentait et le débordement dans les hôpitaux faisaient tous deux grimper le niveau d’anxiété. Trump avait alors déclaré qu’il s’agissait de la plus dure décision qu’il ait prise dans sa vie et qu’il était septique lorsque les experts de la santé lui ont proposé les mesures à prendre. La semaine dernière, sur la chaîne de Fox News, le président a déclaré : « Je n’étais pas content. Des experts sont venus et ont dit que nous allions devoir fermer le pays. J’ai dit: Nous n’avons jamais fermé le pays auparavant. Cela ne s’est jamais produit auparavant. J’ai dit: Êtes-vous sérieux à ce sujet ? »

Selon les États, les Américains sont appelés à rester chez eux avec des mesures de confinement variables.

Pour Trump, une grave récession ou une dépression économique pourrait faire davantage de morts selon une déclaration qu’il a faite le mardi 24 mars. Lorsqu’on lui a demandé ce qui allait se passer après les 15 jours de distance sociale, qui pourraient devenir une nouvelle norme, Trump a déclaré : « Les gens parlent de juillet, août, quelque chose comme ça ». Mais après discussion avec des amis du monde des affaires, il a dit : « Notre pays n’a pas été construit pour être fermé. Je serais ravi de l’ouvrir d’ici Pâques. Ne serait-ce pas génial d’avoir toutes les églises pleines ? » Alarmés, les experts en santé publique ont rapidement affirmé que cette date butoir était beaucoup trop tôt pour rouvrir le pays. En fait, même des économistes ont signalé que de renvoyer des gens au travail, avant que le virus ne soit contrôlé, nuirait à l’économie.
Trump a déclaré sur Twitter le mercredi 25 mars que les « vrais gens » veulent retourner au travail le plus vite possible. Aussi, il accusait les médias d’être les pires de ceux qui essaient de le forcer à garder le pays fermé le plus longtemps possible afin que cela nuise à sa réélection en novembre prochain.

En date du lundi matin 30 mars à 7h55, les États-Unis comptaient alors 142 793 cas de COVID-19 et 2 490 décès.

Le pic aux États-Unis est attendu à Pâques.
Au rythme actuel de la propagation du virus au pays, entre 100 000 et 200 000 personnes pourraient en mourir d’après le docteur Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases et membre du groupe de travail sur le coronavirus.