Le cirque

Le cirque


Par Eric Laflamme

La Ligue nationale de hockey prend l’allure d’un véritable cirque avec toutes ses recettes manquant d’aliments de sécurité avec des centaines de personnes qui se rassembleraient inévitablement dans des seins restreints.

Le président Gary Bettman devient architecte qui tire un peu partout afin de garder dans son coffre-fort les milliards que leur versent les commanditaires. L’argent est le nerf de la guerre. Quoi qu’en soit le décorum mortuaire, Bettman veut une fin de saison.

Pourtant cette épisode n’aura rien de palpitante parce qu’un sport populaire présenté à huis clos et par plein de joueurs rétrécissant ne soulève nullement la passion.

Et ce cirque dépassera la logique si la LNH permet à 24 équipes de prendre part aux éliminatoires contrairement aux 16 annuellement.
La saison est interrompue depuis le 12 mars. Les propriétaires et Bettman veulent couronner un gagnant de la Coupe Stanley. Mais pour y arriver il faudra du temps.
D’abord l’Association des joueurs exigera des camps d’entraînement suffisants pour éviter des blessures, surtout chez les patineurs qui deviendront des agents libres le 1er juillet. On peut se demander d’ailleurs si ces derniers voudront sauter sur la patinoire dans un contrat en main. La réponse est non.

Mais il y a plus que cela. L’idée de regrouper plusieurs équipes à Las Vegas ne rencontrera pas le sentiment de tous qui devront se confiner dans leur chambre d’hôtel avec leur famille.
Une telle situation frôlerait la dépression nerveuse.

Il n’y aura pas seulement les agents libres qui seront réticents. Plusieurs autres joueurs réguliers craindront de côtoyer un groupe à proximité sur la patinoire et dans les vestiaires. Ils s’opposeront aussi à fréquenter inévitablement les employés des amphithéâtres et des hôtels.

Radko Gudas n’est pas un joueur étoile mais il a reçu un appui très sensible de plusieurs amateurs en disant que la Ligue nationale serait plus sage de mettre fin à la saison et de penser au prochain calendrier.

Les événements se pousseront si le hockey prend un nouveau départ en juillet ou en août. Les finalistes de la Coupe Stanley n’auront pas le temps de reprendre leur souffle avant que l’édition 2020-2021 démarre.

Le Canadien
Les supporteurs du Canadien de Montréal se réjouissent déjà à l’idée de voir 24 formations batailler pour le gros trophée. On les comprend puisque que le Tricolore est exclu de cet honneur depuis 27 ans. Lors de la fermeture des activités en mars, cette équipe était encore exclue des éliminatoires.
Gary Bettman devrait réfléchir et oublier les millions qui risquent de lui échapper.

Que se passera-t-il si un ou quelques joueurs ou des membres près des équipes attrapent la COVID-19 et que ce virus se transforme en un drame?

La très forte majorité des journalistes attachés au hockey appuie le cirque de Bettman. Il se pourrait qu’ils soient comme les fidèles de Bettman, les premiers à se faire un mea culpa. Que l’on soit contre la remise en marche du hockey, il semble de plus en plus certain que les clowns de ce cirque vont tout faire pour que l’activité reprenne qu’elle qu’en soit les conséquences.

Espérons que ce sera les autorités de la santé qui prendront la décision et qu’ils jugeront que le danger est trop menaçant.