Price jusqu’à la fin


Par Le soleil de la Floride

Le sort du Canadien est entre les mains de Carey Price.
Claude Julien tient une patate chaude dans ses mains. Il ne peut plus compter sur un autre gardien que Price pour faire la besogne devant la cage des siens d’ici la fin du calendrier.

Le numéro deux, Antti Niemi, est décompté. Son équipe n’ose plus prendre le risque de l’envoyer dans la mêlée depuis sa piètre dernière sortie à San Jose.

Ce qui veut dire que Julien devra ménager son numéro un entre les matchs.

Cette équipe jouera 13 fois au cours des 26 derniers jours. Heureusement, Price n’aura à travailler que deux matchs en autant de soirs qu’une seule fois, les 23 et 24 mars, contre les Sabres à Montréal et le lendemain à Raleigh. À deux occasions il pourra profiter de deux journées de congé.

De la façon dont les choses se déroulent, il faudra probablement attendre les deux ou trois derniers matchs du calendrier pour connaître la conclusion de cette saison surprenante de l’équipe montréalaise.
Pour le Canadien, le dernier bout de chemin ne sera pas une marche dans un jardin de roses, surtout à la fin des hostilités alors que ses sept derniers adversaires seront Caroline, Floride, Columbus, Tampa, Winnipeg, Washington et Toronto. Il devra affronter les Hurricanes, les Blue Jackets et les Flyers sur leur patinoire. Le Canadien n’a gagné que trois matchs à ses 10 dernières parties sur la route.
La pression sera énorme sur les épaules de Carey Price qui sait parfaitement que son équipe atteindra les séries éliminatoires dans la mesure où il jouera le meilleur hockey de sa saison. La leçon que s’est fait servir le Canadien à Anaheim laissera-t-elle des séquelles chez cette équipe qui s’est faite lessiver par la pire formation offensive du circuit ?

La brigade défensive connaît toujours des passages à vide et dans ce massacre de 8-2, le duo Weber-Mete a vécu de véritables cauchemars. Abandonné par ses coéquipiers, Price a tout de même mal paru sur quelques buts des Ducks. Le bon côté des choses pour lui c’est que son retour devant la cage se fera ce soir contre une équipe de deuxième zone, les Wings de Détroit.

Mais de meilleures formations dont les Islanders deux fois, ainsi que les Flyers une fois, seront sur sa route. Des 13 dernières rencontres, sept seront disputées au Centre Bell. Le Canadien devra toutefois être plus efficace à l’étranger où il a perdu 20 fois sur 35 affrontements.

Aussi, il lui faudra vaincre des équipes qui, en ce moment, sont presqu’assurées de prendre part aux éliminatoires, ce qu’il n’a réussi que trois fois depuis le 15 novembre avec des victoires sur les Bruins en prolongation, sur Vegas et Winnipeg.
La situation pourrait bien être encore plus congestionnée mardi soir puisque le lundi 11 mars les Flyers, à cinq points seulement du CH, affrontaient les Sénateurs tandis que Columbus rencontrait les Islanders et les Hurricanes jouaient contre Colorado.

Et ce soir, le mardi 12 mars, Washington croise le fer avec les Penguins et les Bruins qui sont opposés aux Blue Jackets.

Si le Canadien veut prendre part au bal printanier, Carey Price ne devra pas se contenter de jouer les 13 derniers matchs, mais il n’aura pas droit à l’erreur. Plus souvent qu’autrement, il devra se transformer en magicien, surtout devant une brigade défensive qui en arrache de plus en plus.

Les espoirs des amateurs reposent uniquement sur les prochaines performances de l’homme de 10 millions.