UNE NOUVELLE PIÈCE D’IDENTITÉ NUMÉRIQUE POUR LES FLORIDIENS ET LES QUÉBÉCOIS

UNE NOUVELLE PIÈCE D’IDENTITÉ NUMÉRIQUE POUR LES FLORIDIENS ET LES QUÉBÉCOIS


Par Sylvain Bruneau

La technologie ne recule pas et les transformations numériques font maintenant partie de notre quotidien. La Floride pourrait émettre au cours de 2021, un permis de conduire numérique pendant que le SQIN (Service québécois d’identité numérique) est en construction.

La Floride a confié à la société Thales ce nouveau service aux citoyens. Thales est connue pour fournir des services dans les domaines de la sécurité, de la défense, des transports et de l’aérospatial. Pour le moment, on ignore tout des informations qui seront contenues dans ce nouveau permis de conduire numérique. Dans un communiqué, la société Thales parle de « mécanisme de sécurité de pointe ».

Alors que la Floride procède à la numérisation du permis de conduire, le gouvernement du Québec est en voie de créer une identité numérique pour chaque citoyen d’ici 2025. L’idée n’est pas nouvelle, plus d’une vingtaine de pays utilisent déjà une carte nationale d’identité numérique. Cette nouvelle pièce d’identité québécoise pourrait remplacer les autres. On ignore toutefois quelle forme elle prendra.  

Ce sont 41,8 millions de dollars qui ont été octroyés en 2020 pour le développement de ce projet et 500 000 $ qui ont été injectés dans le laboratoire d’identité numérique du Canada.

Selon le gouvernement du Québec, l’authentification numérique des individus serait plus sécuritaire que celle jusqu’ici utilisée par les numéros d’assurance sociale et autres. L’objectif est de réduire la fraude d’identité et de faciliter l’accès aux services gouvernementaux.  

Cette identité numérique pourrait en partie reposer sur des données biométriques comme les empreintes digitales, la rétine, la forme du visage, l’empreinte vocale, etc.  

Aussi bien en Floride qu’au Québec, l’usage des données biométriques par une entreprise privée ou par l’État a toujours soulevé des inquiétudes. On pense ici à la surveillance de masse et au pouvoir d’une entreprise sur les citoyens. Ajoutons à cela le vol de données. Pascal Fortin, expert en cyber sécurité, souligne que les données biométriques sont les facteurs d’identification les plus forts mais qu’en même temps, cette force est aussi leur faiblesse. En cas de perte de ces données biométriques, les conséquences auraient une gravité telle qu’elles affecteraient l’individu durant toute sa vie. Il est plus facile de changer un numéro d’assurance sociale que la rétine. 

En conclusion, la transformation numérique de nos identités, qui est en cours, n’est pas sans soulever plusieurs questions éthiques sur l’usage de nos données personnelles. Mais surtout, nous n’avons pu lire aucune étude portant sur les conséquences, en cas de vol de données biométriques et autres, sur la vie privée des citoyens.