Le BONHEUR de cuisiner !

Le BONHEUR de cuisiner !


Par Sandra Belzile

Que ce soit pour soi ou pour les autres, cuisiner procure de grands bienfaits psychologiques. De plus, la cuisine maison détient son lot d’avantages.

Cuisiner
Cuisiner, c’est prendre soin de soi ! En plus d’être une façon de manger sainement, quand vous prenez le temps de préparer un bon repas pour nourrir votre corps, vous envoyez comme message que vous êtes important. « Si vous vous préparez de bonnes choses ou des plats qui vous font du bien, alors faire la cuisine peut littéralement vous nourrir l’âme, et c’est important » d’après Nedra Shield, assistante sociale clinique certifiée indépendante au Northampton Center for Couples Therapy.
La confiance en soi et l’estime de soi peuvent ainsi être améliorées en s’adonnant à l’activité.
Et cuisiner pour les autres apporte encore plus de bienfaits ! Cela procure le sentiment d’être heureux et tissé aux autres. À cet effet, cuisiner pour d’autres est un geste altruiste exponentiel puisqu’il répond au besoin de survie de se nourrir. Le sentiment d’accomplissement est alors accentué lorsqu’on aide l’autre à se nourrir. Par conséquent, cuisiner développe un sentiment de confiance et d’appartenance en plus de donner un sens et un but, dans une ambiance proximale et intime avec autrui.

De plus, cuisiner permet de déstresser et aide à la capacité de se concentrer. L’activité permettrait même d’être plus à l’écoute ses besoins. Et pourquoi ne pas impliquer les enfants ? En plus de développer leur dextérité et capacité d’attention, ils apprendront à manger plus sainement tout en sti-mulant leur créativité, en famille.
Cuisine maison
La cuisine maison offre de multiples avantages. Elle est moins coûteuse que les plats préparés. Aussi, la nourriture est plus fraîche et savoureuse. En prenant soin de bien choisir les ingrédients qu’on achète, on évite les sucres, sels et autres addictifs cachés dans les plats prêts-à-manger. De plus, en faisant son épicerie, on a la possibilité de choisir des produits locaux.
L’autre avantage est que la cuisine maison est souvent moins grasse et moins salée, car on peut opter pour des huiles et épices différentes qui procurent d’autres bienfaits pour la santé. Le mode de cuisson utilisé apportera aussi une différence positive au repas concocté.
Le Soleil de la Floride propose une recette à chaque mois. Bonne cuisine !

JARDINER, BON POUR LE CŒUR !
Selon le site passeportsante.net, de nombreuses études ont démontré que la pratique régulière du jardinage aide à réduire les risques cardiovasculaires de 30 à 50 %. D’ailleurs, jardiner est considéré comme un sport qui préserve la qualité des os et qui apporte de la vitamine D lorsqu’il fait soleil. D’après le site Web cité plus haut, durant trois heures et demie de jardinage, nous pourrions perdre jusqu’à mille calories ! Apaisante, l’activité aiderait également à réduire le stress et inciterait à manger plus sainement avec la satisfaction de savourer les pousses récoltées dans son propre jardin.

Plan psycho-neurologique
D’après une étude menée par l’Université d’Oxford, le jardinage jouerait un rôle clé dans l’augmentation de la confiance en soi et de l’amour-propre. En procurant de l’énergie et de la vitalité, l’activité rendrait aussi heureux ! Et ceci à cause de la terre du potager parce qu’elle est constituée de bactéries qui ont un taux élevé de sérotonine. Cette dernière aide à réduire le stress et la dépression.
Encore plus puissant qu’un antidépresseur, jardiner préviendrait et apaiserait également les maladies neurologiques. L’activité garde l’intellect en éveil en devant se repérer dans le temps et dans l’espace, en mémo-risant le nom des plantes et en déve-loppant la patience…